Mon quartier

Pour les commerçants de la rue Sainte-Catherine, la débauche n’est pas une bonne chose.

Depuis déjà plusieurs années, le quartier où je réside, Hochelaga-Maisonneuve, a perdu sa beauté et de sa splendeur. J'aborderai deux aspects dans ce texte qui pourraient expliquer cette situation : Premièrement, la prostitution galopante dans le quartier et, deuxièmement, le décrochage scolaire qui est un véritable problème.

Tout d’abord, dans Hochelaga-Maisonneuve, prostituées, commerçants et habitants se côtoient au quotidien. La prostitution fait partie de la vie de quartier. Cette situation persiste depuis longtemps. Cependant, les arrestations liées à la prostitution ont grandement diminué. D’ailleurs, ces arrestations ne règlent pas le problème. Lorsqu’elles sortent de prison, les prostituées reprennent leurs activités.

Pas bon pour le commerce

Pour les commerçants de la rue Sainte-Catherine, la débauche n’est pas une bonne chose. Ça éloigne les clients. De notre côté, en tant que citoyens, nous partageons la même crainte. Voir des prostituées dans les rues du quartier n’est pas très joli. Pour les mères, ce n’est pas l’idéal pour éduquer des enfants. Selon plusieurs habitants, l’environnement ne changera pas et ils vivent simplement au jour le jour dans le secteur. Heureusement, plusieurs centres de réintégration sociale ont été mis en place pour venir en aide à ces femmes.

Le décrochage scolaire

Deuxièmement, le décrochage scolaire chez les jeunes est particulièrement élevé. Selon Réseau Réussite Montréal, 23,3% des mères de famille sont sans diplôme, grade ou certificat. Ainsi, le secteur atteint malheureusement un des taux de décrochage les plus élevés au Québec. Donc, de nombreux jeunes se retrouvent sans diplôme, sans objectif professionnel et, plus souvent, sans emploi. Cette situation devient un cycle dans les milieux défavorisés, les adolescents ont peu ou pas de modèles positifs pour les guider dans la bonne direction et les empêcher de commettre certaines erreurs. Cependant, pour améliorer la situation de la persévérance scolaire dans Hochelaga, les partenaires ont entamé un plan d’action mettant l’accent sur les jeunes et leurs parents.

En conclusion, Hochelaga-Maisonneuve doit définitivement retrouver sa beauté d’antan. Le statut social des habitants est un problème, mais selon moi, il faut s’impliquer davantage dans le secteur. Trouver de nouvelles démarches pour venir en aide à ceux qui sont dans le besoin. La prospérité de notre arrondissement est entre nos mains. Impliquons-nous !

Commentaires

Salut, je crois effectivement que les citoyens peuvent amener leur quartier à plus leur ressembler. Ta chronique illustre la réalité de bien d'autres quartiers à Montréal. Certains cachent plus la prostitutions que d'autres. Pour ce qui est du décrochage scolaire, j'avoue que j'aimerais bien te lire sur cette réalité. Pourquoi les jeunes décrochent tant? Qu'est-ce que le milieu fait? Nos gouvernements?

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.