Les aînés négligés

 

La vie des êtres humains comporte plusieurs étapes. De fait, celles-ci sont l’enfance, l’adolescence, l’âge adulte et la vieillesse. Bien sûr, à chacune de ces étapes, les humains occupent une place différente au sein de la communauté. Mais les aînés ont-ils la place qu’ils méritent? 

Nous pouvons observer que notre société n’accorde absolument pas aux personnes aînées la chance de vivre leur vieillissement de manière satisfaisante. Notre monde ne favorise pas l’autonomie des personnes du troisième âge. En effet, comme le précise Sarah Champagne, agente de presse, « Les Québécois âgés se fichent de leurs rides,[...]. » Pour résumer, de nos jours les gens ayant un âge inférieur aux aînés se croient tout permis pour les discriminer. À preuve, que ça soit dans le métro, dans l’autobus ou sur le trottoir les personnes du troisième âge ne sont pas toujours respectées. Par exemple, dans l’autobus ou le métro, peu de gens cèdent leur place aux plus vieux.

Par ailleurs, faute de moyens pour s’occuper d’elles-mêmes, ces personnes se retrouvent dans des centres d’hébergement où elles reçoivent peu de visiteurs. De plus, elles ne peuvent guère faire des sorties, car beaucoup de personnes aînées sont à mobilité réduite. Effectivement, en 1991, au Québec, 46 % de toutes les personnes âgées de 65 ans et plus vivaient avec un handicap, tandis que ce taux était de 27 % pour les personnes dont l’âge se situe des entre 55 ans et 64 ans. En fin de compte hélas, elles vivent une vieillesse malheureuse dans l’isolement.

Comment éviter cela?
-Promouvoir l’apport bénéfique des aînés 
-Créer un mouvement de sensibilisation à l’échelle de la province pour les gens isolés et qui reçoivent peu de visite
-Créer plus d’occasions d’échanges intergénérationnels
-Créer plus de loisirs adaptés pour les aînés et les personnes handicapées
-Réduire les tarifs pour les personnes à mobilité réduite

Les problèmes d’argent
Par la suite, la civilisation ne s’inquiète pas des difficultés financières des personnes âgées. À ce sujet, Benoît Chevalier, journaliste de TVA, a déclaré: « Chez les femmes de 65 ans et plus vivant seules (au Québec), 80 % détiennent moins de 13 500 $ annuellement. » Certes, plusieurs personnes âgées ont des problèmes d’argent. Par conséquent, elles vivent énormément de stress et ces gens-là n’ont pas les moyens de s’offrir tous les soins médicaux nécessaires à leur condition. Et, bien entendu, elles ont encore moins les capacités financières pour faire des activités extérieures comme des voyages improvisés pour occuper leurs temps libres.

Comment y remédier selon moi?
-Informer davantage les personnes du troisième âge sur les programmes en aide financier. (FADOQ, Sécurité de la vieillesse du Canada, Crédit d’impôt pour maintien à domicile des aînés, etc.)

Les personnes âgées souhaitent vivre tout simplement. Pour eux vivre c’est de voir les gens, parler, partager, aider. Elles veulent se sentir utiles et avoir un but, une raison d’être ce qu’elles sont et partager leur savoir et leur expérience.

Sources : 
https://www.tvanouvelles.ca/2013/04/23/la-retraite-est-loin-detre-rose-pour-plusieurs-aines
http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201205/06/01-4522584-les-quebecois-ages-se-fichent-de-leurs-rides.php
http://publications.gc.ca/Collection/Statcan/85F0033M/85F0033MIF2001002.pdf
http://blog.residences-quebec.ca/fr/categorie/programmes-daide-financiere-aux-aines/

Commentaires

J'adore. Le style d'ecriture est tres bien

bravo anthony

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.